Le premier Ministre tchadien a une fois de plus annoncé la fermeture des frontières du Lac. une mesure pour prévenir Ebola et la secte Nigériane Boko Haram. Mais pour beaucoup de tchadiens, la vraie Ebola que les autorités craignent, c’est  Boko Haram.

le Tchad est un pays chaud! rien que la température à l’ombre suffit à faire périr certains microbes et virus. il n’ y a pas de chance pour Ebola de se faire des victimes dans le pays de Toumaï. Au pire des cas, les tchadiens ont des armes efficaces contre Ebole: le sel de cuisine.

En effet, des rumeurs selon lesquelles il y aurait des cas de Ebola au Tchad ont fait le tour d’horizon. D’aucun ont affirmé que pour se préserver, la population devrait se laver avec du sel de cuisine. Des rumeurs qui ont paniqué nombre des habitants de la capital N’Djaména. Beaucoup se sont mis se laver avec de l’eau salée, pourtant, c’est une vieille méthode pour certaines femmes de nettoyer la peau des impuretés. le président tchadien à dit dans son discours lors de la fête nationale le 11 Août que « si un commerçant à un grand stock de sel qu’il veut écouler, qu’il le dise au lieu d’inventer qu’il y a Ebola au Tchad ». et Deby a raison. si Ebola il y a, c’est la peur de la secte Boko Haram! Boko Haram est la vraie Ebola qui fait paniquer dans la ville de N’Djaména.

Le Tchad a la malchance d’être entouré des pays en mal de paix: la Libye et son interminable révolte, le  soudan et le soudan du Sud qui n’arrêtent leur kalach, le Niger et le Nigeria chez lesquels pullulent les mouvements extrémistes et enfin, le Cameroun et la RCA.

Comme un agneau parmi des flammes des quatre points cardinaux, l’on redoute que Boko Haram puisse user des failles des voisins pour envahir le Tchad. d’où la nécessite de fermer les frontières les plus exposées. Les trafics avec les pays voisins sont susceptibles de faciliter l’envahissement de certaines localités du Tchad par les membres de cette secte. c’est pourquoi, les dispositions sont entrain d’être prises pour éviter que la Ebola Boko Haram ne commence par faire des victimes comme c’est le cas au Cameroun voisin.

S’il Ebola Arrive au Tchad, il y a assez de sel pour le combattre, mais si c’est Boko Haram, la tache serait un plus difficile. La vie des filles serait en danger, les cultes et messes de dimanches risqueraient de ne pas être animé comme de coutume; les fidèles se concentreraient sur les mouvements suspect plutôt que sur l’écoute de la parole de Dieu.  d’Ailleurs, dans la plus part des églises, une commission de sécurité est mise en place pour déceler tout mouvement suspect.

En tout cas, ce n’est pas un Deby qui se laissera intimider par des « fous de Dieu ». que ce soit la vraie fièvre Ebola ou la Ebola du Nigéria, le Tchad est prèt à affronter même si la peur est devenu le compagnon des populations.IMG_0568