DSC_1600-631x500

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’intronisation du sultan Déby ou l’investiture d’un éternel Roi du Tchad, voilà ce que je peux dire de la journée du 08 Août 2016 au Tchad. En effet, les Tchadiens viennent de participer, une fois de plus, à la énième investiture d’ Idriss Déby Itno, ou plutôt à un renouvellement de l’intronisation dans le « sultanat Tchad ». Pourtant, c’est vraiment un non évènement pour la plupart des Tchadiens puisque ça ne changera rien à leur quotidien.
La « réélection » de Déby à la magistrature suprême suite à une mascarade électorale organisée n’était une surprise pour personne, même si l’on sait que le peuple avait choisi le changement.
Bon, comme c’est le passé, on oublie et on fait comme si de rien n’était et la vie continue.
Notre cher IDI, malgré toutes les galères que nous subissons sous son règne, n’a pas pitié de nous et continue sa mascarade économique pour le bon plaisir de son ventre et des ventres de ses acolytes.
Les fonctionnaires tchadiens, qui gagnaient déjà très mal, ne peuvent plus avoir leur salaire à la fin du mois. Il faut attendre 2 mois pour avoir un mois de salaire.
Parcourons un peu le speech du Président Déby lors de son « intronisation » : « En ce premier jour solennel du quinquennat, je voudrais réitérer mon ferme engagement et ma détermination sans faille à traduire dans le concret le contrat social qui a suscité votre espérance et votre adhésion ». De quel social parle-t-on quand on sait que moins de 20% de tchadiens mangent à leur faim, que la couverture sanitaire ne dépasse pas le seuil de 18% et que l’accès à l’eau potable demeure précaire ? Même si IDI affirme dans son discours que  » notre objectif de porter l’accès à l’eau potable de 53 à 83%, ainsi que le doublement des terres agricoles aménagées, trouvera sa première traduction budgétaire dès la Loi des Finances 2017 et il en sera ainsi chaque année! » je me demande bien sur quelle base il affirme que l’accès à l’eau potable est de 53%… Déby pense-t-il que le Tchad se résume à N’Djaména?
Comment peut-on être fier de diriger un pays dans lequel les crises sociales sont récurrentes et dans lequel l’accès aux services sociaux de base restent à désirer?
fonctionnaires tchadiens

Si j’étais Déby, je mettrais vraiment à profit ce mandat pour que les Tchadiens aient un niveau minimum de bien-être. Il a dit dans son discours qu’il allait  » améliorer le climat des affaires dans notre pays, grâce à des mesures fortes sur le plan juridique et judiciaire, destinées à rassurer et à sécuriser les investisseurs… « , il a également dit que « la promotion et la protection des droits de la femme, de tous les droits de la femme, seront au centre de mes préoccupations. La Femme tchadienne aura sa place dans tous les segments de la société nationale en commençant par l’accès à l’éducation. »
A la place de Déby, je commencerais par faire adopter le code des personnes et de la famille, je ferais participer les jeunes aux instances de décisions et je leur donnerais la possibilité d’entreprendre pour booster l’économie et promouvoir l’auto-emploi des jeunes.