L’archevêque de Ndjamena Mathias Ngartéri a été inhumé provisoirement hier au grand séminaire St-Luc de Bakara. Religieux, chrétiens catholiques et leaders politiques  sont venus faire leurs derniers adieux au patron de l’église du Tchad. L’émotion était forte.

Des chants, des cris, des youyous, ainsi était l’atmosphère depuis mercredi soir à la paroisse St Paul de Kabalaye jusqu’au lieu de l’inhumation en passant par la place de la Nation.

Premier évêque du Tchad ordonné en 1985, il a été nommé archevêque de Ndjamena en fin juin 2003. Après une décennie à la tête de l’Eglise catholique au Tchad,  Monseigneur Mathias Ngartéri Mayadi est décédé le 19 novembre dernier, à 72 ans, dans l’avion qui l’évacuait pour des soins appropriés. Une semaine plus tôt, un accident cardio-vasculaire l’avait alité pendant plusieurs jours à l’hôpital de la base militaire française au Tchad.

Il s’en est allé au moment ou plusieurs projets sont mis en oeuvre, notamment la construction d’une basilique dont il a posé la première pierre, il y a quelques mois, en compagnie du président Déby Itno.

Selon le chef de l’Etat tchadien, l’ancien archevêque de Ndjamena faisait preuve d’un sens élevé de la défense des intérêts de son pays et ses opinions républicaines n’ont jamais varié. “Il mérite le plus noble éloge qu’on puisse faire d’un citoyen modèle parce qu’il fut à la fois utile à l’église et à la République”.

La journée nationale de la paix, instaurée depuis quatre ans sous l’inspiration de feu t des leaders des autres confessions religieuses (islamique et protestante), est célébrée le 28 novembre de chaque année, jour anniversaire de la proclamation de la République du Tchad. En cette journée, tous les Tchadiens, musulmans et chrétiens, se rassemblent en une grande prière commune en faveur de la paix et de l’unité de la nation tchadienne.

A cela, les chrétiens catholiques vont y ajouter désormais le jour de l’inhumation de cet homme de Dieu qui a consacré sa vie à la parole de Dieu.

Que Dieu le mette à sa droite est la prière de toute l’assemblée.

Mise en terre de l'archevêque de N'Djamena (photo Brya)
Mise en terre de l’archevêque de Ndjamena (photo Brya)