2018, une année de turbulence sociale au Tchad

Article : 2018, une année de turbulence sociale au Tchad
8 janvier 2019

2018, une année de turbulence sociale au Tchad

Cette année 2018, on en parlera encore longtemps dans l’histoire du Tchad. C’est une année de turbulence sociale. Une année de rêves brisés, une année d’engagements désorientés. c’est une année d’espoirs perdus. En tout cas, c’est comme ça que j’ai vu 2018. Elle a précipité beaucoup de personnes dans le désespoir.

Un année des salaires sabrés !

On se souviendra de 2018 dans l’histoire des fonctionnaires tchadiens;  des salaires sabrés. Salaires sabrés, c’est-à-dire, réduits au strict minimum pour empêcher aux gens d’avoir le minimum vital.

2018, c’est l’année au cours de laquelle les pauvres sont devenus démunis au Tchad. Il faut noter que les gens n’arrivent plus à avoir un repas par jour. Aussi, les parents ne peuvent plus payer le loyer. Les hommes semblent perdre ce qui font d’eux des hommes : la capacité à bien s’occuper de leur famille.

la police en train de disperser les manifestants dans la capitale
ici, la population en train de manifester contre les mesures anti sociales. (ph.journal monbientre)

Une année des écoles buissonnières !

L’année 2018, c’est l’année au cours de laquelle, la plupart des écoles n’ont fonctionné que le tiers du temps. Les élèves allaient et venaient sans savoir à quel saint se vouer. Les enseignants, quant à eux, ne savent pas s’ils doivent encore dispenser le savoir jeter l’éponge. Car, les enseignants étaient les plus malheureux dans cette histoire. Le salaire est réduit au tiers et la plupart des enseignants tirent le diable par la queue.

malgré la grèves, les élèves avaient l'espoir de pouvoir passer les examens de fin d'année.
les élèves en train d’étudier pendant les périodes de grève afin de préparer les examens de passage en classe supérieure. (Ph; Brya/monbienetre)

2018, le coup de la 4ème republique

En effet, c’est aussi cette année que Déby et sa suite décide d’amener la constitution à Golgotha. Ceci pour créer une 4ème République. Une république de pouvoir integral. La 4ème Republique de 2018 permet au Président Déby de gouverner sans contradiction… c’est une année de consecration de la dictature subtile au Tchad.

Malgré les cris d’alarme des populations, la constitution de la République a été modifiée. Les grandes institutions ont été supprimées. C’est le cas de la Primature, envoyant ainsi, plus de 3 000 personnes au chômage.

Malgré les voix qui se sont levées contre la révision de la constitution, le pouvoir de N'Djaména a tenu jusqu'au bout pour promulguer la 4ème Republique.
le président de la République du Tchad Idriss Déby Itno, lors de la promulgation de la constitution de la 4ème République (ph. Brya/monbienetre)

Toutefois, il y a de l’espoir au sein de la population jeune. 2018 a aussi été une année d’engagement pour la jeunesse en politique. Succès Masra, un jeune de 34 ans démissionne de la BAD pour venir s’engager en politique.

Espérons que 2019 sera porteuse de meilleures nouvelles pour une relance économique et sociale au Tchad. Vivement, que 2019 soit pleine d’opportunités pour la jeunesse au Tchad. Car pour moi, 2018 était une année de turbulence.

Partagez

Commentaires